Fiche pays

PRINCIPAUX INDICATEURS
PIB par Habitant :  1400 €
Population : 26 millions (7 millions à Abidjan)
Taux de croissance 2018 : 7 à 7.5%
Taux d’inflation : 2%
Français résidents : 18.000
Nombre d’entreprises françaises : 670
Evolution du stock des investissements français (2012 – 2017) : +8% (2,301 millions d’€)

TENDANCES ECONOMIQUES  

A 6 heures de vol de Paris, la Côte d’Ivoire, pôle de stabilité, est le Hub économique de l’Afrique de l’Ouest. Le pays partage ses frontières avec 2 pays anglophones le Ghana et le Libéria, et 3 pays francophones que sont le Burkina Faso, le Mali et la Guinée. Les cinq pays frontaliers sont accessibles par la route, les airs et une voie ferrée qui monte vers le nord.

Après les évènements de 2010/11, le renforcement de la confiance des milieux d’affaires envers la Côte d’Ivoire et les programmes économiques des gouvernements successifs ont permis une reprise économique plutôt forte : 8.5% à 9% de croissance avec une baisse sensible depuis début 2017, 8 à 7.5% de croissance.  Avec une inflation maîtrisée, les performances économiques de la Côte d’Ivoire sont prises en exemple par les organismes internationaux ou encore par les banques de développement.

La forte attractivité de la destination Côte d’Ivoire est indiscutablement effective. Parmi les retours et arrivées remarqués, on peut citer pèle mêle les sièges et les représentations des organismes internationaux comme la Banque Africaine de Développement (Siège Abidjan), l’International COCOA Organization (siège Abidjan), l’AFREXIMBANK … mais aussi de belles entreprises dans tous les secteurs de l’économie dont particulièrement le BTP/Infrastructures/ Immobiliers, le transport, les Tics, la grande distribution, l’industrie agroalimentaire, l’hôtellerie, les banques, les assurances…

Au-delà de ces secteurs, tous les pays qui comptent dans l’économie mondiale sont désormais présents sur ce marché. Au quotidien leurs contributions transforment, à un certain niveau, les modes de consommation et la nature des investissements donc la structure même de l’économie générale.

Conscient de cet état de fait, l’Etat a mis en place pour les années 2018 à 2020, le Programme Social du Gouvernement afin d’accompagner la transformation de l’économie et contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population.

Pour mémoire, le budget de l’Etat ivoirien n’a cessé d’augmenter depuis 2012, après que la plupart des pays amis aient annulé la dette publique antérieure. Depuis 2012, le budget a doublé et enregistre un déficit budgétaire de l’ordre de 3% l’an.

Les ECHANGES COMMERCIAUX FRANCO - IVOIRIENS

Longtemps premier fournisseur (hors pétrole) et premier investisseur, la France se voit ravir la première place de fournisseur par la Chine avec 18% des échanges et occupe désormais la deuxième place avec 13% des volumes importés en Côte d’Ivoire. Viennent ensuite le Nigéria avec 10%, l’Inde avec 4.8% et la Belgique avec 4%.

Au niveau des investissements français, ces derniers ont cru de 8% en moyenne entre 2012 et 2017 pour atteindre 2.301 millions d’€.

Les exportations françaises sur la période 2013 – 2017 ont augmenté de 4% (1.181 millions d’€). Les produits agricoles et les produits des industries alimentaires représentent 32% du volume exporté vers la Côte d’Ivoire, les équipements mécaniques et matériels électriques 25%, la pharmacie, cosmétiques et parfums 21% et la chimie 4%.

La Côte d’Ivoire est le 50e client de la France et son 23e excédent.

Alors que 17.776 français sont inscrits au Consulat Général de France en Côte d’ivoire, 62.102 ivoiriens figurent au fichier du Consulat Général de Côte d’Ivoire en France.

Le dispositif de soutien aux entreprises françaises et aux projets réalisables en Côte d’Ivoire couvre : l’assurance Coface, les interventions de l’Agence Française de Développement (Ariz, Fasep, Prêt du Trésor Concessionnel et non Concessionnel, le Contrat Désendettement et Développement) et les interventions de la Banque Publique d’Investissement. A noter aussi la présence de deux banques françaises : la Société Générale et BNP Paribas.

Les SECTEURS PORTEURS

Se trouvent en bonne place des secteurs porteurs sur la période 2018 – 2021 : l’agriculture, l’élevage, les services modernes et les industries de transformations des matières premières locales ou importées avec quand même une préférence pour la transformation des produits locaux qui sont nombreux. Des avantages non négligeables sont accordés aux projets de transformation dans le cadre du deuxième code des investissements. Les matières premières locales étant encore trop peu transformées les pouvoirs publics répondent aux attentes des futurs investisseurs comme cela peut être le cas pour le cacao, l’anacarde, l’huile de palme, l’hévéa, les fruits et légumes mais aussi les minerais et les produits pharmaceutiques, l’industrie mécanique et automobile...

Au-delà de ce qui précède, le bâtiment et les travaux publics tant pour le secteur privé que public, la maintenance et l’entretien au sens le plus large, les travaux de sous-traitance dans l’industrie et les BTP, la téléphonie, le transport, le stockage avec les chaines de froid, la distribution et le commerce spécialisé…et les activités de formations restent une constante.

COMMENT REUSSIR ?

  • Très convoité, le marché ivoirien est submergé de demandes et de produits de bonnes et moins bonnes qualités ! Pour rester sur ce marché, cela requiert du temps et de l’énergie mais aussi et surtout de prendre patience pour créer son réseau.
  • La part d’institutionnel même en travaillant avec le secteur privé, n’est pas à négliger. Votre réussite en dépend.
  • La discrétion et la disponibilité sont des atouts non négligeables au quotidien.
  • Les préoccupations d’ordre social et familial sont aussi importantes que le prix et la qualité d’un produit.
  • Pour être efficace et gagner en compréhension, la recherche d’un partenaire local est recommandée.
  • L’approche interculturelle est réelle. Il ne faut surtout pas la négliger dans tous les actes de la vie et du fonctionnement de votre activité.
  • La présence des entreprises françaises investies de longues dates est une source appréciable d’information et de gain de temps.
  • L’entretien du réseau relationnel ne peut être délégué et ne doit pas être négligé car il pourrait devenir coûteux et complexe à tenir.

LA CCI France CÔTE D’IVOIRE

Bien implantée depuis 1992 et particulièrement introduite dans le milieu des affaires et de l’administration, la CCI France Côte d’Ivoire est une CCI bi-culturelle qui rassemble 1044 entreprises et qui emploie 17 permanents. C’est la CCI étrangère la plus importante de Côte d’Ivoire.

Disposant d’une gamme évoluée de produits et de ressources humaines connaissant bien les milieux d’affaires, elle répond aux attentes des opérateurs économiques implantés en Côte d’Ivoire comme à ceux qui souhaitent aborder le marché et y développer un courant d’affaires.

De nombreux partenariats lient la CCI France Côte d’Ivoire avec l’administration ivoirienne et le secteur privé dans le cadre de la défense des intérêts des opérateurs économiques adhérents, de la formation des collaborateurs ou encore lors de l’organisation de rencontres professionnelles permettant à des dirigeants ivoiriens ou leurs collaborateurs de se rendre en France pour participer à des salons, ou aux nouveaux diplômés ivoiriens de rejoindre des universités ou des grandes écoles pour ne citer que ces exemples…

Par nature, la CCI France Côte d’Ivoire est un facilitateur de développement qui se tient à la disposition des opérateurs économiques souhaitant rejoindre une communauté d’affaires riche de ses différences afin de se développer sur le premier marché francophone de l’Afrique de l’Ouest !

Pour approfondir ces quelques lignes et échanger sur vos attentes, n’hésitez pas à nous contacter au 00.225.21.25.82.06 ou nous adresser un email : ccifci@ccifci.org

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Permanence CCIFCI Août 2019

Fermer